www.faune-loire-atlantique.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Les partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Données et analyses
       - 
Hibou des marais 2017
       - 
Pic mar 15-17
       - 
Engoulevent d'Europe 2017
       - 
Stylurus flavipes 2017
       - 
Ophiogomphus cecilia 17-18
       - 
Oedicnème criard 15-17
       - 
Grosbec casse-noyaux 17-18
       - 
Balbuzard pêcheur 2017
       - 
Mésange noire 17-18
       - 
Grenouille rousse 14-16
       - 
Frelon asiatique 11-15
       - 
Rainette verte 2016
       - 
Vipère aspic 13-17
       - 
Vipère péliade 13-17
       - 
Chevêche d'Athéna 14-17
       - 
Hibou moyen-duc 14-17
       - 
Chouette hulotte 14-17
       - 
Effraie des clochers 14-17
       - 
Couleuvre d'Esculape 13-17
       - 
Couleuvre verte et jaune 13-17
       - 
Castor d'Eurasie 13-15
       - 
Moineau friquet 2017
       - 
Fauvette pitchou 2017
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et des codes atlas
  Statistiques d'utilisation
Atlas
 - 
Atlas des Oiseaux Nicheurs de France Métropolitaine
 - 
Les oiseaux de votre commune/les communes de votre oiseau
 - 
Cartes de présence
Outils pour les enquêtes et suivis
 - 
EPOC
 - 
Atlas des amphibiens & reptiles de Bretagne et Loire-Atlantique
 - 
Enquête rapace nocturne 2014-2017
 - 
STOC EPS
 - 
Le Suivi Hivernal des Oiseaux Communs (SHOC)
 - 
Module oiseaux des jardins - Mode d'emploi
Utilitaires naturalistes
Publications
Comité d'Homologation Départemental
 - 
CH44 (depuis 2014)
 - 
C. H. Vendée / Loire-Atlantique (2010-2013)
 - 
CHD44 (1999-2009)
Qui sommes nous?
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 216
 
mardi 21 novembre 2017
Oiseaux
Saisie par liste

Les scientifiques d’une trentaine de pays ont récemment planché sur la question de savoir quelle est la méthode de collecte de données la plus efficace pour promouvoir la connaissance et la protection des oiseaux et, plus largement, de la biodiversité.

La liste fait l’unanimité !

Scientifiques, statisticiens, cartographes et naturalistes sont unanimes. Si toutes les données ont un intérêt, les plus intéressantes sont, de très loin, celles collectées sous forme de listes, et idéalement de listes complètes. On entend par là, un inventaire mené sur un site, durant un pas de temps connu, listant et quantifiant toutes les espèces détectées à vue ou à l’oreille.

Je ne reconnais pas toutes les espèces, est-ce un problème ?

Évidemment, les listes des ornithologues débutants ne seront probablement pas aussi complètes que celles des naturalistes les plus expérimentés. Ce n’est pas grave, il existe des modèles pour corriger ces biais. Au final, une liste de débutant est bien plus exploitable scientifiquement qu’une longue série de données saisies isolément par un spécialiste.

Quelle durée pour mes listes ?

Peu importe. Idéalement toutefois, les listes doivent au moins durer 5 minutes et ne pas excéder deux heures. Plus courtes, elles seront très incomplètes, plus longues, l’observateur perdra beaucoup d’attention et la pression d’observation se diluera. Si vous restez très longtemps sur un site d’observation, il peut être plus intéressant de faire plusieurs séries de liste de 10 minutes, plutôt qu’une longue liste s’étalant sur toute une journée par exemple.

Pourquoi les listes sont-elles si intéressantes ?

Les listes complètes sont extrêmement intéressantes car elles permettent d’évaluer la fréquence de détection des espèces selon la date et le lieu. Cela permet notamment de suivre l’évolution de la date d’arrivée et de départ des espèces migratrices, mais aussi d’évaluer les fluctuations de détectabilité de certaines espèces sédentaires au cours de l’année. Les listes complètes facilitent par ailleurs les calculs de pression d’observation, la modélisation de la répartition spatiale des espèces et l’évaluation de leurs populations.

Comment saisir mes données par liste ?

Sur l’application mobile NaturaList, il suffit de cliquer sur l’icône en haut à droite de l’écran. Idéalement, il convient alors de positionner et dénombrer chaque espèce autour de vous. Quand vous ne détectez plus rien, il suffit de stopper la saisie en cliquant sur le carré jaune en haut à droite. On vous demande alors de confirmer que vous avez noté toutes les espèces que vous êtes en capacité d’identifier.

Sur l’ordinateur, il faut pointer le curseur sur un lieu-dit et choisir « Remplir un formulaire journalier sur ce lieu-dit ».

La France, très en retard sur la saisie par liste !

La quasi-totalité des données ornithologiques sont saisies par liste en Amérique, le taux de couverture des listes est très impressionnant en Grande-Bretagne, en Suisse ou en Allemagne. La France est très en retrait sur ce sujet. Il convient donc que nous fassions collectivement un effort et changions la façon de collecter nos données pour qu’elles contribuent plus efficacement aux suivis et atlas locaux, nationaux et internationaux.

Alors, à vos listes !

posté par Franck Latraube
 
lundi 20 novembre 2017
Oiseaux
Oiseaux : faites des listes !

 

Les scientifiques d'une trentaine de pays ont récemment planché sur la question de savoir quelle est la méthode de collecte de données la plus efficace pour promouvoir la connaissance et la protection des oiseaux et, plus largement, de la biodiversité.

La liste fait l’unanimité

Scientifiques, statisticiens, cartographes et naturalistes sont unanimes. Si toutes les données ont un intérêt, les plus intéressantes sont, de très loin, celles collectées sous forme de listes, et idéalement de listes complètes. On entend par là, un inventaire mené sur un site, durant un pas de temps connu, listant et quantifiant toutes les espèces détectées à vue ou à l’oreille.

Je ne reconnais pas toutes les espèces, est-ce un problème ?

Évidemment, les listes des ornithologues débutants ne seront probablement pas aussi complètes que celles des naturalistes les plus expérimentés. Ce n’est pas grave, il existe des modèles pour corriger ces biais. Au final, une liste de débutant est bien plus exploitable scientifiquement qu’une longue série de données saisies isolément par un spécialiste.

Quelle durée pour mes listes ?

Peu importe. Idéalement toutefois, les listes doivent au moins durer 5 minutes et ne pas excéder deux heures. Plus courtes, elles seront très incomplètes, plus longues, l’observateur perdra beaucoup d’attention et la pression d’observation se diluera. Si vous restez très longtemps sur un site d’observation, il peut être plus intéressant de faire plusieurs séries de liste de 10 minutes, plutôt qu’une longue liste s’étalant sur toute une journée par exemple.

Pourquoi les listes sont-elles si intéressantes ?

Les listes complètes sont extrêmement intéressantes car elles permettent d’évaluer la fréquence de détection des espèces selon la date et le lieu. Cela permet notamment de suivre l’évolution de la date d’arrivée et de départ des espèces migratrices, mais aussi d’évaluer les fluctuations de détectabilité de certaines espèces sédentaires au cours de l’année. Les listes complètes facilitent par ailleurs les calculs de pression d’observation, la modélisation de la répartition spatiale des espèces et l’évaluation de leurs populations.

Comment saisir mes données par liste ?

Sur l’application mobile NaturaList, il suffit de cliquer sur l’icone en haut à droite de l’écran. Idéalement, il convient alors de positionner et dénombrer chaque espèce autour de vous. Quand vous ne détectez plus rien, il suffit de stopper la saisie en cliquant sur le carré jaune en haut à droite. On vous demande alors de confirmer que vous avez noté toutes les espèces que vous êtes en capacité d’identifier.

Sur l’ordinateur, il faut pointer le curseur sur un lieu-dit et choisir « Remplir un formulaire journalier sur ce lieu-dit ».

La France, très en retard sur la saisie par liste !

La quasi-totalité des données ornithologiques sont saisie par liste en Amérique, le taux de couverture des listes est très impressionnant en Grande-Bretagne, en Suisse ou en Allemagne. La France est très en retrait sur ce sujet. Il convient donc que nous fassions collectivement un effort et changions de façon de collecter nos données pour qu’elles contribuent plus efficacement aux suivis et atlas locaux, nationaux et internationaux.

Alors, à vos listes !

L'équipe de Faune-France

posté par Aymeric Mousseau
 
lundi 13 novembre 2017
Oiseaux
Nouveau fonctionnement du comité d'homologation

Bonjour à tous,

Depuis le 1er janvier 2010, un comité d'ornithologues de Vendée et de Loire-Atlantique assurait la tâche de vérification et de validation des observations d'oiseaux rares dans les deux départements. Ce travail est nécessaire afin de garantir la rigueur des bulletins scientifiques et des bases de données aux yeux de la communauté ornithologique, actuelle ou à venir.

Malheureusement, des difficultés de fonctionnement sont apparues et ces dernières années, le comité a accumulé un retard nécessitant de revoir son fonctionnement. C'est pourquoi celui-ci a décidé de cesser son activité. Dorénavant, la validation des données se fera au niveau départemental et pour la Loire-Atlantique, cette homologation passera par le biais de la base en ligne faune-loire-atlantique.org. Il est donc demandé aux ornithologues ayant la chance d'observer des espèces soumises à homologation départementale de fournir une description la plus complète possible dans le champ "remarque" de leur donnée. Bien entendu, l'ajout de photographies ou de tout autre document permettant d'attester de la validité de l'observation est vivement encouragé. Ce fonctionnement devrait permettre une plus grande réactivité du comité et, nous l'espérons, un traitement rapide des observations concernées.

Par avance, merci à tous les observateurs pour leur participation.

Bonnes observations à tous.

posté par Willy Raitière
 
mercredi 18 octobre 2017
Programme des rencontres des naturalistes et gestionnaires des Pays de la Loire du 16 au 19 novembre 2017

La Coordination régionale LPO Pays de la Loire et le Conservatoire d’espaces naturels des Pays de la Loire s’associent pour rassembler leurs deux manifestations annuelles régionales.

Ainsi, les 9es rencontres naturalistes et le 2e forum des gestionnaires deviennent les Rencontres des naturalistes et gestionnaires d'espaces naturels des Pays de la Loire.

Nous avons le plaisir de vous convier à cette manifestation qui se déroulera du jeudi 16 au dimanche 19 novembre 2017 au lycée Le Fresne à Angers.

Les deux premières journées permettront d’échanger entre gestionnaires d’espaces naturels : le jeudi à travers la visite de deux sites naturels en Maine-et-Loire et le vendredi autour d’une journée de présentations et d’ateliers sur la thématique des partenariats. Le samedi et le dimanche vous permettront d’accéder à de nombreuses communications liées à la biodiversité. Le Groupe Chiroptères Pays de la Loire aura également le plaisir de vous accueillir à son assemblée générale le samedi matin.

L’inscription se fait en ligne à cette adresse : http://paysdelaloire.lpo.fr/

Document à télécharger :  RNG2017programmev4-1336-3752.pdf
posté par Franck Latraube
 
jeudi 12 octobre 2017
Oiseaux
Rapports Wetlands 2017 et préparation du Wetlands 2018

Chers collègues,

Nous vous adressons le compte-rendu de la campagne de recensement Wetlands 2017 à laquelle vous avez participé. L’effort de prospection de plus de 140 observateurs a permis, une fois encore, de produire une étude relativement complète, largement représentative de l’avifaune hivernante des zones humides de Loire-Atlantique.

 

Il va y avoir des évolutions dans l’organisation du WI suite à la mise en place de la saisie des données sous « Visionature ». Notre fonctionnement sera impacté et nous vous tiendrons informés de son évolution.

 

Nous recherchons des bonnes volontés pour nous remplacer dans la coordination WI44.

 

N’hésitez pas à nous contacter si vous êtes volontaires.

 

L’enquête 2018 est fixée au week-end du 13 et 14 janvier, la période s’étendant sur la semaine précédente et la suivante (c’est-à-dire du samedi 6 janvier au dimanche 21 janvier 2018). Cette souplesse sera utile pour ceux d’entre vous qui avez en charge de vastes secteurs ou de nombreux petits sites. Si néanmoins une vague de froid devait toucher notre région à cette époque, il serait préférable de se rapprocher le plus possible des dates centrales. Les mouvements d’oiseaux peuvent en effet être tout à fait conséquents en cas de froidure prolongée (gel ou dégel de sites d’eau douce), et altérer la qualité de la synthèse si les comptages des différents sites ne sont pas suffisamment synchrones.

 

Nous vous remercions de la confiance que vous nous avez accordée pendant toutes ces années et vous demandons de la reporter à la nouvelle équipe.

 

 

Bien cordialement

 

 

François Diemert, Martine Maillard et Sébastien Reeber  

 
N'hésitez pas à consulter l'onglet Wetlands dans la rubrique "Utilitaires Naturalistes" et "Publications"
Document à télécharger :  WI_44_2017-5911.pdf
posté par Franck Latraube
 
jeudi 21 septembre 2017
Papillons de jour
Petit mais costaud!

Il ne pèse pas plus qu'une plume et atteint une envergure de quelques centimètres seulement. Et pourtant, il traverse les montagnes et les mers, il défie le vent et le temps. Il s'agit du Vulcain, le papillon migrateur aux ailes caractéristiques noires garnies de bandes rouges et de taches blanches.

La migration automnale de ce papillon a commencé. Veuillez s’il vous plaît signaler toute observation de Vulcain via Faune Loire-Atlantique !Vous soutiendrez ainsi le projet de science participative dédié à l’étude de la migration et de la répartition du Vulcain en Europe,lancé par l’Université de Berne en Suisse.

 

Un grand merci pour votre précieuse collaboration!

Marco Thoma, Groupe de recherche «Migration et Écologie des Insectes», Université de Berne, Suisse

 

Le groupe de recherche sur les réseaux sociaux

Twitter: https://twitter.com/insectmigration

Facebook: https://www.facebook.com/insectmigration/

 

Vous trouverez toutes les informations sur le projet, ainsi que de nombreux liens ici:

https://insectmigration.wordpress.com/red-admiral-migration/la-migration-du-vulcain/

posté par Franck Latraube
 
mercredi 13 septembre 2017
Oiseaux

Dans le cadre des 30 engagements pour la Loire,

Nantes Métropole, Ville de Sainte-Luce-sur-Loire, Muséum National
d’Histoire Naturelle de Paris, Office pour les insectes et leur environnement, Conservatoire Botanique National de Brest, ONIRIS-CVFSE, Bretagne Vivante, Ligue de Protection des Oiseaux, Groupe Mammalogique Breton, GRETIA et l'Association Clémentine,

proposent une journée autour des sciences participatives, le samedi 30 septembre au Manoir de Bellevue et sur l'ïle Clémentine à Sainte-Luce-sur-Loire.

La nature qui vous entoure n’attend que vous !
Devenez-en l’observateur et, ensemble, faisons l’inventaire de la biodiversité à l’aide de vos connaissances…
Prévoir une tenue adaptée.


À poils, à plumes, à écailles,à peau lisse, à dents, à épines…
Les plantes et les bêtes vous intéressent ?
Venez les observer en bord de Loire.


Laissez-vous surprendre lors de cette journée qui débutera par l’écoute matinale des oiseaux et se terminera par l’observation nocturne des chauves-souris, en passant par de nombreux autres ateliers et expositions pour tous les âges, ainsi que des conférences de scientifiques venus spécialement de Paris.

Document à télécharger :  Programme30092017v2-8252.pdf
posté par Romain Lpo Batard
 
vendredi 28 juillet 2017
Oiseaux
Fin du protocole EPOC pour l'année 2017

La saison de reproduction 2017 s’achève avec les derniers jeunes oiseaux qui prennent leur envol. Les milans et les martinets commencent déjà à franchir les Pyrénées en route vers l’Afrique. La période d’étude pour le protocole EPOC touche donc à sa fin. 

Pour rappel, le protocole EPOC (Estimation des Populations d’Oiseaux communs) a été mis en place ce printemps afin d’estimer les tailles de population d’oiseaux communs. Cet outil, s’inspirant et complétant le STOC EPS, permet de réaliser des points d’écoute de 5 minutes n’importe où, n’importe quand, par l’intermédiaire de la saisie par formulaire ou liste complète. 

En attendant une première analyse des résultats, nous vous proposons de garder le rythme et de poursuivre et d'intensifier la saisie par formulaire. La durée de 5 minutes, adaptée aux oiseaux nicheurs, peut être élargie pour maximiser la détection d’espèce devenue silencieuse. 

Nous vous conseillons donc de saisir un maximum de données par formulaire complet pour des durées d’observation comprises entre 5 et 60 minutes.Ces données sont essentielles pour l’étude de la phénologie des espèces, indispensable à la mise en place de mesures de conservation adéquates. 

Merci pour votre engagement et à l’année prochaine pour une nouvelle saison printanière d’EPOC

posté par Franck Latraube
 
lundi 26 juin 2017
Stage de "Malacologie continentale" les 14&15 septembre 2017

Le CEN Pays de la Loire et le GRETIA vous proposent un stage "malacologie continentale" les 14 et 15 septembre 2017, dont vous trouverez le programme en pièce jointe.

 

Soutenu par la Région des Pays de la Loire et de la DREAL des Pays de la Loire, ce stage s'inscrit dans un programme d'action visant àdévelopper les connaissances sur la répartition des espèces de ce groupe à l’échelle régionale. 

Ces actions sont notamment conduites en lien avec la dynamique d’un inventaire national « mollusques continentaux » coordonné nationalement par le Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN).  

posté par Franck Latraube
 
mercredi 17 mai 2017
Oiseaux
27 & 28 mai 2017 : Un week-end pour compter les oiseaux !

Comme chaque année, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) organisent un comptage national des oiseaux des jardins le dernier week-end de mai. Tous les citoyens sont ainsi invités à participer pour faire avancer les connaissances sur ces oiseaux. Il suffit de consacrer 1h de son week-end à l’observation de l’avifaune qui peuple son jardin. Cette opération permettra de savoir quelles sont les espèces qui fréquentent ces zones en cette période. Lors du comptage de mai 2016, c’est le merle noir qui avait été observé dans le plus de jardin (80%). Qu’en sera-t-il cette année ?

Et vous, quels sont les oiseaux que vous observez dans votre jardins en cette période ?

Pour prendre part à l’opération cette année, il vous suffit de choisir un lieu de comptage et d’y compter les oiseaux durant 1h, puis de transmettre vos observations directement sur le site internet du programme : www.oiseauxdesjardins.fr.

En détails :

  1. Choisir un jour d’observation : samedi 27 ou dimanche 28 mai et un créneau horaire d’une heure exactement.
  2. Trouver un lieu d’observation. Un jardin privé ou un parc public, peu importe sa taille, urbain ou campagnard. Il est possible de participer sur un balcon.
  3. Compter et noter durant 1 heure tous les oiseaux qui fréquentent le jardin. Pour vous aider à identifier les oiseaux, une fiche est à votre disposition. Elle présente les 52 espèces les plus fréquemment observées dans les jardins.
  4. Transmettre les donnéessur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins : www.oiseauxdesjardins.fr

Tout le monde peut prendre part au comptage ! Pas besoin de matériel particulier : un papier, un crayon et un accès internet suffisent.

Et si besoin, l’équipe de l’Observatoire est à la disposition des participants pour les aider à identifier un oiseau inconnu. Il suffit d’envoyer une photo de « l’oiseau non identifié » à cette adresse : oiseauxdesjardins@lpo.fr

Plus d’informations

Consultez le site Internet dédié à l’opération www.oiseauxdesjardins.fr.

Opération réalisée par la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle dans le cadre des programmes VigieNature.

posté par Franck Latraube
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 216

faune-loire-atlantique.org
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017